Le journal des Poupées

Publié le par revesdepoupees

                                . Une belle histoire émouvante...
Sam Braun était un monsieur merveilleux, que j’ai eu l’honneur de connaître, A l’âge de 15 ans il est parti en déportation et a vu disparaître sa mère sa sœur et son père. Lui seul est revenu. Il a écrit un merveilleux livre d’amour de l’humanité qui s’appelle « Personne ne m’aurait cru, alors je me suis tu. »Il nous raconte une anecdote qui je suis sure vous plaira.


La poupée de la petite juive.


Je voulais depuis longtemps, raconter une belle histoire qui m’est arrivée il y a quelques années et qui pourrait être le thème d’une nouvelle littéraire tant elle fut pour moi vivante et émouvante. Vous excuserez mon style qui n’est pas celui d’un nouvelliste!
Sollicité par une association pour venir à Clermont Ferrand, où je fus arrêté avec mes parents et ma petite sœur, pour faire une conférence sur ma déportation, j’ai eu la chance de rencontrer le petit fils de la propriétaire de l’immeuble dans lequel nous habitions, rue de la Tour d’Auvergne. Cette femme, très liée avec mes parents et qui fut une grande résistante, leur avait proposé de nous cacher, ma petite sœur et moi. Mais mon père dans son admirable candeur, se sentant profondément Français, bien qu’il soit né sous d’autres cieux, était certain que nous ne     risquions rien. Il était persuadé que nous ne serions pas arrêtés, puisqu’il avait fait la guerre de 1914 et qu’il fut décoré à ce titre. Il en était tellement convaincu qu’il ne se cachait pas et nous laissait aller à l’école sans aucun problème. Ecoutant peut être les raisons invoquées par ma mère, il a quand même remis à notre propriétaire un certain nombre d’objets, dont tous ses livres auxquels il tenait tant.A mon retour d’Allemagne, en 1945, alors qu’avec mon frère j’ai réintégré l’appartement de mes parents, la propriétaire de l’immeuble, femme admirable s’il en fut, nous a rendu bien sûr tout ce que mon père lui avait confié.
Quelques années plus tard, alors que sans laisser d’adresse, j’ai quitté Clermont pour rejoindre Paris pour y mener mes études de médecine, elle retrouve au fond d’un placard une grande poupée ayant appartenu à ma petite sœur Monique. Cette poupée en celluloïd comme on les faisait à cette époque, était haute d’au moins 80cm, et je la revois encore vêtue de sa robe rose tricotée par ma maman.
Que faire de cette poupée, a dû penser cette femme, puisqu’elle ne pouvait pas me la remettre, n’ayant pas mon adresse?
Alors, avec précaution, elle l’a assise sur un fauteuil sur le palier du 1er étage de l’immeuble, face à la porte d’entrée de notre ancien appartement, et telle une relique quasi religieuse, elle l’a laissée des années sur son siège en disant toujours à son petit fils, qui chaque fois voulait la toucher: « Il ne faut pas toucher à cette poupée, Jean-Pierre, c’est celle de la petite juive qui est morte en déportation »
Et tous les ans, avec sa grand-mère, Jean-Pierre lavait la poupée, et tout le temps la grand-mère comme une litanie disait à son petit fils: »ne touche pas à cette poupée, c’est celle de la petite juive »
Devenu adulte, le hasard comme un clin d’œil, a voulu que Jean-Pierre non seulement occupe l’appartement que nous habitions, mais ait eu comme chambre celle qui fut la mienne. Durant des années, en sortant de son appartement, cette poupée lui tendait les bras comme une invite à la serrer contre lui. Et toujours sa grand-mère disait: »ne touche pas à cette poupée, Jean-Pierre, c’est celle de la petite juive » Et toujours comme un rituel de toilette funèbre, avec sa grand-mère, tous les ans il nettoyait la poupée.
Ses gestes devenus rituels et les interdits de sa grand-mère perdurèrent au point de devenir pour lui totalement insupportables. Et les années
passèrent, l’horloge du temps marquant irrémédiablement les jours qui succèdent aux jours.
Cinq ans environ avant mon arrivée, cette merveilleuse femme qui faisait ainsi revivre ma petite sœur à travers la poupée qu’elle aimait, fait un signe d’adieu à la vie. Et le premier soin de son petit fils, qui durant des années avait sous les yeux ce jouet qu’il ne pouvait pas toucher autre que dans des rituels de nettoyage, n’eût rien de plus urgent que de jeter cette poupée qui symbolisait pour lui tous les interdits de son enfance.
Quelques années plus tard, me voila invité à Clermont Ferrand pour parler justement de ma petite sœur, de mes parents et de ma survie à Auschwitz! Et un monsieur d’une soixantaine d’années, avec ses bons yeux pleins de larmes, se précipite vers moi et me dit en me serrant contre lui: « Pardonne moi Sam, il y a quelques années j’ai jeté la poupée de ta petite sœur!! » Et tout en m’expliquant ce que je viens de vous raconter, il pleurait en s’excusant: « Comprends moi Sam, j’ai tellement entendu ma grand-mère me dire, en m’interdisant de toucher à cette poupée, que c’était celle de la petite juive, que je n’avais qu’une hâte, m’en débarrasser au plus vite! »
Si la télévision Clermontoise conserve ses documents filmés, elle a dans quelque tiroir, le visage en larmes de Jean-Pierre contant au journaliste l’histoire de » la poupée de la petite juive »













Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article